Déception

Il y avait une fois un grand philosophe, dont le nom reste inconnu, qui a dit ces mots éternels: ”Les grandes choses n’arrivent pas si souvent. C’est la raison pour laquelle on les appelle des grandes choses”.  Il y a de la vérité dedans – les grands événements de notre vie, comme le mariage, terminer ses études, la naissance des enfants… oh, ça arrive bien  à quelqu’un chaque jour. Mais ces événements ont tous quelque chose en commun – ils font partie de nos espoirs, et là on voit pourquoi ils sont si grands à nos yeux. L’individu les vit quelque fois dans sa vie (ou même pas, pour ceux qui restent heureusement célibataires, par exemple). Cependant ils sont si commun qu’on ne peut encore plus parler de ”grandes choses”. Ils ne sont pas si rarissimes.

En fait, c’est un type de déception que l’on pratique très souvent. On se déluge avec des imaginations, des grands rêves qui n’arrivent jamais, et puis, on se sent déçu. Par qui? Par quoi?  Pourquoi? (Franchement, cette question est mal posée – d’abord j’en ai aucune réponse, et puis je ne connais aucune source qui m’a fourni avec une bonne explication).

Mais je peux vous apporter un anecdote qui m’a marqué – récemment une copine m’a dit que elle était en colère suite à des événements aux États-Unis ou des flics ont gravement blessé (et enfin tué) un homme d’héritage afro-américain (si je ne me trompe pas). Cela me surprenait, parce qu’elle n’est pas afro-américaine, et n’habite pas aux États-Unis non plus. Je demandais si je serais trop insensible et brute, si je m’en foutais un peu, puisque je ne connaissais pas le cas et de plus il y a tellement de choses de ce genre (crimes contre l’humanité) qui arrivent partout que je me sens un peu désensibilisé. C’est horrible, sans doute, et encore plus horrible sachant que la justice ne va pas juger les gendarmes. Étonnant, ce n’est pas le mot. Mais ce genre de crime existe partout et on en est conscient.

Sans vouloir inciter un débat sur la valeur de la vie humaine, je me demandais si elle n’avait pas trop d’espoir, si elle n’attendait pas trop de la côté de la société américaine. Si elle ne demandait pas trop. Pourtant on voit des crimes crus partout, alors qu’on ne peut pas vraiment compter sur un gouvernement ou un système judiciaire. Peut-être plus aux États-Unis qu’en Irak, mais bien, on a bien raison d’être un peu cynique. Et là, je vois le problème qui hante la condition humaine.

On espère trop. Et parce qu’on espère trop, et on attend trop, on sera déçu. Nous commençons tous à croire qu’un système fonctionnant optimale est quelque chose de normale, tandis que 50 ans auparavant, le système était vraiment atroce presque partout. On compte sur quelque chose, que, à mon avis, nous ne pouvons pas encore compter. On ne peut pas faire l’assomption que chaque être humaine nous apporte que du bien. Ce n’est pas vrai. C’est une illusion de croire que ces privilèges doivent exister, parce que ils n’existent souvent pas. C’est une bonne idée d’avoir l’ambition de créer un monde où on a recours à ces privilèges mais ça reste utopique. Bien qu’on tente d’améliorer son environnement personnel, il reste essentiel que nous reconnaissions que nous sommes tous imparfaits.

Si on attend trop, on sera forcément déçu. Si on révèle dans son bonheur chaque fois que quelque chose de bon arrive, on vivra sans souci (et pourtant, mieux, parce que sans souci veut dire qu’on pourra rédiger son attention autre part). Cela évoquera du bonheur et de l’optimisme parce que on reconnait que le progrès est évident, mais aussi que cela ne vient pas de soi.  Sinon on ressemble au petit gamin qui se met en colère chaque fois que ses parents lui refusent de la crème glacée. On reçoit de la crème glacée. On ne le prend pas et dit que c’est à lui.

Pour reprendre notre chemin: Les grandes choses n’arrivent pas si souvent. Ils arrivent, mais les choses que les on appelle grandes ne sont pourtant pas les vraies grandes choses. Le progrès, le moment ou l’état américain interviendra et protégera les droits de chaque résident sera le moment ou on pourrait dire que quelque chose de vraiment grand est arrivée. Mais cela, c’est rarissime, et alors la citation ne cessera jamais d’être pertinent.

Annonser

Om joannavanschaik

Science communication graduate. Music, poetry, literature, travel, science and language collide in this blog.
Det här inlägget postades i Français och har märkts med etiketterna , , . Bokmärk permalänken.

Kommentera

Fyll i dina uppgifter nedan eller klicka på en ikon för att logga in:

WordPress.com Logo

Du kommenterar med ditt WordPress.com-konto. Logga ut / Ändra )

Twitter-bild

Du kommenterar med ditt Twitter-konto. Logga ut / Ändra )

Facebook-foto

Du kommenterar med ditt Facebook-konto. Logga ut / Ändra )

Google+ photo

Du kommenterar med ditt Google+-konto. Logga ut / Ändra )

Ansluter till %s