Le miracle des blogs

J’aime le format des blogs. On peut en tirer certains avantages que ne l’offrent pas certains autres modes d’écriture. Examinons :

Pour la correspondance, il faut d’abord un correspondant (puisqu’on ne peut pas correspondre avec soi-même sans devenir un peu schizophrénique) et on sait que le correspondant idéal est fictif. Donc, on passe forcément du temps à chercher quelqu’un pour faire des échanges et certainement, on est vite déçu quand la deuxième partie cesse de répondre plus vite qu’on l’espère, ou répond avec des énormités que même les télé-réalités ne prétendent pas à dire. Il est cependant vrai que les lettres à main inspirent une certaine nécessité d’être profond et philosophique (surtout en écrivant en français) – sinon cela ne mérite jamais le papier sur lequel on fait péter ses pensées. Les écrites numériques n’inspirent guère les mêmes émotions, sauf dans ces rares cas ou on rencontre cet être humain exceptionnel qui sait utiliser la Toile et son cerveau en même temps.

Si on écrit un roman, ça prend trop de temps et trop de pages qu’on gaspille avec des personnages, des idées et des sujets qui sont souvent sur-expliqués et ne mènent à rien qu’un bon divertissement, étant donné que l’écrivain maîtrise son métier et sait joindre les bouts des arcs de l’histoire. De plus, il faudra chercher une maison d’édition, faire autre chose, réécrire une grande partie des manuscrits, etc. Bref, on a besoin de patience et cela me manque tellement que je ne saurai jamais parvenir à écrire un roman méritant de son nom.

Passons à la poésie. Certes, ici on s’exprime déjà mieux. C’est une exercice brève, on a la permission de s’ignorer des règles et puis on peut jouer avec eux. Bien, on s’exprime, et c’est facile de publier les poèmes sur un site-web quelque part (où personne ne les lit). On pourrait même encapsuler un petit histoire dedans, pourvu qu’on soit si compétent qu’on ne dit pas trop sur le sujet – le génie de la poésie réside dans le mystère et les ténèbres que l’enveloppent. Cela fait rester quelque chose à imaginer et c’est bien ça – on ne raconte pas tout l’histoire, on attend les imaginations des lecteurs et on espère que les intellos en tiraient des bonnes conclusions – qui inspire à son tour des autres poètes magnifiques. Nous voilà mais cela reste dans le domaine de la fiction, et la forme pose des restrictions sur les pensées exprimées par là. Forcement on doit se contenter avec moins d’espace et des autres contraintes.

Mais les blogs c’est vraiment miraculeux. On a la liberté de dire ce qu’on veut (d’accord, on peut écrire des vrais essais sur le communisme ou prétendre que les coréens du nord vivent au paradis, mais bon, on fait l’assomption que la plume est géré par des mains capables et non par une tête coupée). On peut les publier vite, sans trop devoir avoir connaissance des logiciels ou des trucs numériques dont beaucoup d’enfants s’inspirent mais personne ne comprend presque rien – un miracle pour ceux, comme moi, qui sont bons avec la plume mais mal versés en matière des ordinateurs. Même si il m’arrive de me tromper, aussi (est-ce qu on devrait dire : surtout ?) en français. Soyez attentif !

Et plus l’écriture inspire des émotions : souvent l’émotion de soulagement, qui permet de penser encore et encore sur certains sujets en mettant en ligne ses pensées. On suit la courbe progressive de la désespérance, jusqu’à l’euphorie et le victoire qu’on ressent après avoir terminé son travail.  Que vous le lisiez ! Et on fait le boulot sans se reposer – il faut écrire le manuscrit sans y penser trop, les révisions auront lieu plus tard, quand lа chose principale a été fait – la mise en ordre des pensées. Moi, j’en ai besoin, en tout cas.

Je ne sais pas pour quelle raison, mais le français me rend souvent plus philosophique. Alors les pensées seront-ils rendus meilleures par la langue de Balzac et Proust ? Je n’en sais rien, mais j’ai l’intention de découvrir la vérité ici.

Annonser

Om joannavanschaik

Science communication graduate. Music, poetry, literature, travel, science and language collide in this blog.
Det här inlägget postades i Français och har märkts med etiketterna , , , . Bokmärk permalänken.

Kommentera

Fyll i dina uppgifter nedan eller klicka på en ikon för att logga in:

WordPress.com Logo

Du kommenterar med ditt WordPress.com-konto. Logga ut / Ändra )

Twitter-bild

Du kommenterar med ditt Twitter-konto. Logga ut / Ändra )

Facebook-foto

Du kommenterar med ditt Facebook-konto. Logga ut / Ändra )

Google+ photo

Du kommenterar med ditt Google+-konto. Logga ut / Ändra )

Ansluter till %s